Wapenexport

EXPORTATION D' ARMES

Willy Alenus - Oostende

Le ministre- président de la Wallonie Jean- Claude Van Cauwenberghe, dans une interview ("Le Soir") a déclaré que la question des fournitures de biens d' équipement permettant la manufacture d' engins et fournitures de guerre, n' empêche aucun Flamand de dormir en paix ; le ministre- président se trompe, ainsi qu' en témoigne la lettre à l' éditeur, parue dans le 'Belang van Limburg' du 25 juin 2004,-

-"Puisque la Tanzanie ne peut pas se procurer les biens d' équipement en Wallonie, elle les achètera à la concurrence. Mais ce qui est plus grave encore, c' est le principe, - que reste-t- il de l' "indépendance" des pays africains, - une indépendance qui leur fut si généreusement accordée, il y a presqu’ un demi- siècle ? Au demeurant, les avocats de la Tanzanie plaideront avec succès, qu' avant la première et la deuxième guerre mondiale, la Belgique, la France et la Hollande (Fokker), ainsi que plusieurs autres pays, n' ont fait autre chose que vendre du matériel de guerre à l' Allemagne. La nécrologie limbourgeoise pour le mois de septembre 1944, mentionne sans désemparer que nos "martyrs sont tombés sous le plomb meurtrier de notre oppresseur". Mais c' étaient nous qui avions fourni ce plomb à l’ ennemi ?! Aujourd' hui cela s’ appelle "collateral damage", un préjudice accessoire, à peine digne d’ être mentionné. Mais en fin de compte la Tanzanie peut porter plainte au ‘Centre pour l' égalité des chances et la lutte contre le racisme’. Et c' est ainsi que la question se pose, - comment nos avocats se défendront- ils contre l' accusation, qu' en effet nous fournissons du matériel de guerre à tous les pays 'blancs' (autres que les pays africains), qu' ils soient en état de guerre ou pas ? Nul doute que "ces affaires courantes sont des affaires à suivre."